Portrait : Assurances et services financiers

In by Montréal Relève

Le 28 février dernier, j’ai échangé avec Isabelle Maranda et Frédéric Poisson de la BMO-Banque de Montréal. Un duo de passionnés qui accueillera des jeunes du programme Classes Affaires pour une troisième édition cet été !


Parlez-moi de votre organisation.
« La Banque de Montréal est l’une des cinq grandes banques du pays, comptant un total de 47 000 employés, dont 5 000 au Québec. Nous avons des employés qui œuvrent dans différents secteurs tels: service bancaire aux particuliers et aux entreprises, ressources humaines, marketing, technologies, placements et marchés des capitaux. C’est une belle diversité qu’on présente aux stagiaires Classes Affaires en leur faisant faire le tour de ces différents métiers. »

Parlez-moi de la vision de la BMO concernant la relève et la main-d’œuvre.

F.P. : « La thématique relève et de la persévérance scolaire nous anime à la Banque, principalement au Québec, c’est au cœur de nos valeurs organisationnelles. »

I.M. : « D’ailleurs, dans mon département, nous engageons annuellement des stagiaires universitaires pour leur donner goût à notre métier et en faire éventuellement des partenaires ou des employés. »


Parlez-moi de votre expérience comme mentor Classes Affaires.

I.M. : « Frédéric et moi sommes passionnés par notre travail. Pour réaliser le stage, nous nous appuyons sur la collaboration de plusieurs de nos collègues, aussi passionnés, qui ont le souhait de partager ce qu’ils font. Si on peut donner à un seul jeune l’envie d’étudier dans notre secteur ou simplement la motivation à poursuivre ses études, ce sera pour nous une mission accomplie ! »

F.P. : « C’est important pour les jeunes qu’ils préfèrent certaines journées du stage ou certaines rencontres à d’autres. Le message qu’on souhaite passer est que, si tu veux une carrière intéressante et stimulante, peu importe dans quel domaine, tu as besoin de persévérer, de passer au travers de tes études et de graduer. Fort de notre première expérience de mentor on a doublé le nombre de stagiaires Classes Affaires qu’on accueille ! Pour nous l’idée c’est avant tout de participer. C’est une responsabilité sociale et communautaire pour une organisation comme la nôtre. »

Recommanderiez-vous le programme Classes Affaires aux organisations ?

I.M. : « Oui. D’ailleurs, j’ai déjà essayé d’ouvrir des portes parmi mes contacts et j’espère que ça va se concrétiser ! C’est un très beau projet et un vrai privilège pour les jeunes qui y participent. »

F.P. : « On s’est fait demander d’accueillir des jeunes dans d’autres circonstances, mais on a décliné : on le fait uniquement avec Montréal Relève. Ultimement, on aimerait que l’ensemble des banques à Montréal offrent des stages Classes Affaires. C’est important de montrer l’ensemble des métiers disponibles dans notre secteur. »

Si vous aviez un message à adresser aux jeunes :

I.M. : « On entend souvent qu’il y a moins de femmes dans le milieu de la finance et je trouve que c’est d’autant plus intéressant quand une jeune fille s’y intéresse. Je me fais alors un devoir personnel de lui démontrer que c’est possible de travailler en finance en étant une femme ! Je suis sous la perception que les filles pensent que les portes ne s’ouvriront pas pour elles dans ce secteur et c’est faux. »

F.P. : « Profitez de chaque expérience pour essayer différentes choses et faire un choix d’études éclairés. On reste parfois sur l’idée qu’on se fait d’un métier et c’est bon d’aller le valider sur le terrain. »


 
Entrevue réalisée le 28 février par Laurie Vesco, conseillère aux communications avec Isabelle Maranda et Frédéric Poisson, Marchés des capitaux à la BMO-Banque de Montréal.

Cet article fait partie d’une série d’articles qui seront diffusés les mardis et jeudis de chaque semaine ce printemps, ils ont été réalisés auprès des organisations méritantes 2016 de la 15e édition du programme Classes Affaires.