Partenaire-College-Lasalle

Portrait : Services sociaux et communautaires

Dans Classes Affaires, Partenaires de Montréal Relève par Montréal Relève

Pour la dernière entrevue de cette série de portraits de mentors, j’ai été à la rencontre d’Anik Routhier, une chargée de cours passionnée du Collège LaSalle qui préfère encadrer des stagiaires Classes Affaires plutôt que lézarder sur le bord de la piscine quand viennent les semaines de relâche l’été !


Parlez-moi du Collège LaSalle.

« Le Collège LaSalle est le plus grand collège bilingue en Amérique du Nord. Il se distingue par son environnement inclusif, chaleureux et dynamique. Depuis sa fondation, il y a 58 ans, le Collège ne cesse d’évoluer : il regroupe maintenant cinq écoles spécialisées offrant plus de 60 programmes. Parmi ceux-ci, on retrouve les Techniques d’éducation à l’enfance, qui forment des éducatrices et éducateurs en milieu de garde. »

Parlez-moi du secteur d’éducation à l’enfance à Montréal.

« Une bonne façon de faire valoir sa candidature ou d’obtenir un poste mieux rémunéré est de posséder le diplôme de Techniques en éducation à l’enfance. Généralement, les finissants se trouvent un emploi assez facilement, ils passent par certains remplacements, qui leur permettent de voir différentes clientèles, milieux et possiblement, de faire un meilleur choix quand ils obtiendront un poste permanent.

Parmi les possibilités qu’offrent le diplôme : être travailleur autonome en milieu familial ou encore répondre à sa fibre entrepreneuriale et ouvrir sa propre garderie ! »

Parlez-moi de votre expérience comme mentor Classes Affaires.

« Dans toute ma carrière d’enseignante, j’ai eu la chance d’enseigner à tous les niveaux, sauf aux adolescents ! Donc bien honnêtement, j’appréhendais un peu d’accueillir mes 13 stagiaires. Je me disais qu’ils allaient être désabusés, difficiles à motiver et, contre toute attente, j’ai trouvé ça vraiment super, si bien que j’ai rapidement proposé à ma coordonnatrice de renouveler l’expérience !

J’ai voulu travailler avec eux le développement d’habiletés en lien avec l’éducation à l’enfance, mais aussi des habiletés transférables à d’autres secteurs comme les relations humaines, le travail d’équipe, la résolution de conflits, etc.

C’est une semaine qui m’a donné beaucoup d’énergie : le matin j’avais hâte de revoir mes stagiaires et je rentrais du travail avec un grand sourire ! »

Que retenez-vous du profil des prochaines générations de travailleurs ?

« S’il y avait un point sur lequel j’ai trouvé que les jeunes se distinguaient par rapport à mes étudiants du collégial – et c’est presque triste pour mes étudiants adultes – c’est leur créativité que j’ai trouvée phénoménale, et je choisis d’utiliser ce mot-là. Ils m’ont surpris, ils partageaient leurs idées et elles étaient vraiment originales et étonnantes ! J’ai conservé plusieurs de leurs idées en notes d’ailleurs, et même réinvesties certaines dans mes cours !

Leurs opinions m’ont également beaucoup surprise. Je m’attendais à des réponses plus génériques et moins appuyées. Au contraire : j’ai trouvé les discussions et les échanges très stimulants.»

Recommanderiez-vous le programme Classes Affaires à d’autres professionnels ?

« Oui, vraiment ! J’ai adoré ça, c’était très agréable. Je pense que pour les adolescents, c’est tellement difficile de choisir une carrière, que si on leur offre un peu de concret et qu’on leur ouvre nos portes, ça peut juste être positif ! Faire découvrir ce que l’on aime, c’est toujours gagnant ! »

Avez-vous un court message à adresser aux jeunes intéressés par l’éducation à l’enfance.

« Je leur dirais que c’est un super métier qui vaut la peine d’être découvert, dans lequel on peut faire preuve d’une grande créativité et vivre beaucoup de chaleur humaine. C’est un métier rempli de belles valeurs. L’avenir de nos jeunes enfants est important : il devrait être mis dans les mains d’éducateurs passionnés et compétents ! »

      

Entrevue réalisée le 29 mars avec Anik Routhier, chargée de cours au Collège LaSalle.

Cet article est le dernier d’une série d’articles qui diffusés les mardis et jeudis de chaque semaine ce printemps, qui ont été réalisés auprès des organisations méritantes 2016 de la 15e édition du programme Classes Affaires.